Auguste Couat




Né à Toulouse le 30 novembre 1846, il est le fils de Bertrand Gustave Couat, capitaine au 21e RI légère et de Marie Hélène Chartier. Il poursuit de brillantes études passant par l'École Normale Supérieure (1866-1869). Agrégé de lettres en 1869, il occupe divers postes d'enseignant. Professeur de rhétorique au lycée de Montauban, il se lance dans la politique après la proclamation de la République et fonde Le républicain du Tarn et Garonne. Blâmé par ses supérieurs, il est mis en disponibilité. Henri Couat continue au Progrès libéral de Toulouse entre mars et octobre 1871. Il est alors déplacé au lycée de Tournon puis de Grenoble. En 1876, il soutient sa thèse sur Catulle puis devient chargé de cours de littérature grecque à la faculté de Bordeaux. En 1878, il obtient la chaire de littérature grecque de la faculté. Après une mission d'un an en Grèce, il est nommé le 11 mai 1881, doyen de la faculté des lettres. Délégué au conseil supérieur de l'Instruction Publique, membre du jury d'agrégation des lettres de 1883 à 1887, il mène une carrière politique en tant que conseiller municipal puis d'adjoint au maire de Bordeaux. En octobre 1887, il est nommé recteur de l'académie de Douai-Lille et reste trois ans dans le Nord avant d'être nommé recteur de l'Académie de Bordeaux en décembre 1890.


Officier de la Légion d’Honneur par décret du 26 juillet 1896
Chevalier de la LH par décret du 29 octobre 1885
Officier d’Académie (août 1878)
Officier de l’Instruction publique (novembre 1883)


Bertrand Gustave Couat est né à Villeneuve de Rivière (Haute Garonne) le 26 juin 1803 et décédé le 12 février 1874
Chevalier de la LH par décret du 2 décembre 1850